Retour sur l’édition 2017 du Festival de la Côte d’Opale

Le grand œuvre de Frédéric Cuvillier, c’est l’axe Liane. Ce projet qui bouleverse la ville a beaucoup d’avantages (la promenade de la Liane, une réussite, Nausicaa IV, une réussite également en même temps qu’une nécessité), et quelques inconvénients, le complexe cinématographique récemment annoncé (oui va mettre à mal un peu plus le commerce de centre-ville) ainsi que la gare maritime qui, selon moi, en est un. Le maire, au nom de l’histoire, du passé, de la ville, veut la faire revivre à tout prix. Il a probablement raison sur beaucoup points.

Les inconvénients de la gare maritime, version spectacles de plein-air sont, toujours selon moi, son inconfort (tous debout, espace privé – accueil ces artistes, loges, cantine – spartiate) et son coût d’installation (considérable). J’ai personnellement résisté aux injonctions du maire d’y aller systématiquement. Je ne l’ai fait qu’une fois (Calogero -Yannick Noah en 2015) et à coup sûr. Le Festival, sous ma direction, n’était pas adossé à une collectivité qui l’aurait sauvé (financièrement) en cas d’échec.

La programmation de cette édition du festival en vaut d’autres et, personnellement, je suis enclin à la trouver plutôt bonne. Je ne me permettrai donc pas de la juger. D’autant que je n’y suis pas allé. Cependant, même si ne me sens pas le mieux placé pour le faire, je peux juste constater que faute de moyens, elle manquait un peu de « densité », ces petits à côtés qui donnent l’âme d’une manifestation. Cela n’aurait pas évité « le flop », s’il y en a eu un.

Je ne peux donc analyser ce « flop ».  Pour le reste, je souhaite vous renvoyer à la 1ére strophe du poème « pauvre Rutebeuf », tel qu’il avait été arrangé par Léo Ferré :

Que sont mes amis devenus

Que j’avais de  si près tenus

Et tant aimés.

Ils ont été trop clairsemés

Je crois le vent les a ôtés

L’amour est morte

Ce sont amis que vent emporte

Et il ventait devant ma porte

Les emporta…

…Le mal ne sait pas seul venir

Tout ce qui m’était

M’est avenu… »

Patrick Dréhan

Patrick Dréhan

Directeur du Festival de la Côte d'Opale pendant 33 ans. Ancien adjoint au maire de Boulogne-sur-Mer en charge de la culture. Directeur artistique du Tourcoing-Jazz-Festival.
Patrick Dréhan

Les derniers articles par Patrick Dréhan (tout voir)

Patrick Dréhan

Directeur du Festival de la Côte d'Opale pendant 33 ans. Ancien adjoint au maire de Boulogne-sur-Mer en charge de la culture. Directeur artistique du Tourcoing-Jazz-Festival.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *